Le monde du spectacle aérien pleure Bob Hoover

 

Bob Hoover tire sa révérence dans la 95ème année. Un grand aviateur nous a quitté en ce 25 Octobre 2016.

Le monde du spectacle aérien est en deuil. Il vient de perdre celui qui a été considéré pendant plusieurs décennies comme le plus grand pilote de la spécialité. Robert A. Hoover, plus connu sous le patronyme de Bob Hoover est mort aujourd’hui dans sa 95ème année.

Né le 24 Janvier 1922 à Nashville (Tennesee), Bob Hoover a appris à piloter au sortir de l’adolescence sur l’aérodrome Berry Field  à Nashville, tout en travaillant dans une épicerie pour  payer ses heures de vol  et ses instructeurs. A peine sa formation terminée, il s’engage dans la Garde Nationale et poursuit sa formation de pilote dans l’Army Air Corps sur PT 17 Stearman.  Puis la guerre est déclarée …  le jeune pilote militaire Bob Hoover est affecté au Maroc où, sur l’aérodrome d’Anfa  (Casablanca) où sa principale mission consiste à essayer en vol les appareils réceptionnés et prêts pour le service (P39, P 40, Spitfire). Il sera ensuite affecté en Sicile, au sein du 52ème Fighter Group sur Spitfire et c’est au cours de sa 59ème mission de guerre que son Spit (MK V) sera abattu par un Focke Wulf 190 au large des côtes du Sud de la France. Fait prisonnier par les Allemands, il sera transféré à Barth (Allemagne) dans un camp réservé aux pilotes. Après 16 mois pendant lesquels il n’a eu de cesse de vouloir s’évader,  il y parvient  de manière rocambolesque, en volant un FW 190 et réussit à gagner les Pays Bas en échappant à la Luftwaffe .

A la fin de la guerre, il est affecté à Wright Field comme pilote d’essais et c’est là qu’il se lie d’amitié avec Chuck Yeager, devenant plus tard son pilote suppléant sur le supersonique Bell X1.

En 1948, Bob quitte l’US Air Force pour divers emplois de pilote d’essai  pour des compagnies civiles et après quelques mois chez Allison Engine Company o le retrouve pilote de démonstration  pendant la guerre de Corée, où il sera chargé d’initier les pilotes aux techniques de bombardement avec  le F86 Sabre. Il effectuera aussi, dans la même période, de nombreux essais sur le F 100 Super Sabre.

Lors de ses présentations aux commandes du Shrie Commander, Bob Hoover enchaînait les figures de voltige ... Di grand art !

Lors de ses présentations aux commandes du Shrike Commander, Bob Hoover enchaînait les figures de voltige … Du grand art !

Mais c’est surtout au cours de la seconde partie de sa carrière dans le spectacle aérien que Bob Hoover va connaître la célébrité, quelques mois seulement après son recrutement par Ted Smith, patron de la firme Aero Commander qui cherchait un pilote capable de démontrer les capacités du bimoteur d’affaires à pistons “Shrike Commander”, assez peu prisé de la clientèle, du fait d’une architecture plutôt « pataude » et volumineuse.

Bob Hoover pose devant l'avion qui l'a rendu célèbre... le shrike Commander.

Bob Hoover pose devant l’avion qui l’a rendu célèbre… le shrike Commander.

Il se produisit rapidement dans les plus grands shows américains, enchaînant looping, tonneaux et nombre de figures de voltige classique avec cet avion qui n’était décidément pas fait pour cet usage, allant jusqu’à effectuer une boucle et un tonneau lent  moteurs coupés, se présenter à l’atterrissage  à l’issue, poser une roue puis l’autre puis terminer son vol par un roulage sur la piste et le taxiway, toujours moteurs  coupés, avec juste l’ énergie suffisante pour revenir  au parking.

bobhooverrenoscaled

“Ole Yeller”, le P51 Mustang jaune, avec lequel Bob Hoover lançait les courses Unlimited des Reno Air Races…

Hoover a également officié pendant de nombreuses années, à bord de “Ole Yeller”, son P51 Mustang jaune,  comme pilote « starter » des courses Unlimited de Reno Air Races…  pendant lesquelles il effectuait  un premier  tour de circuit comme leader  des appareils engagés (le plus souvent d’anciens warbirds de la 2ème GM modifiés pour la course), puis lâchait la meute dans une spectaculaire chandelle à l’annonce de « Gentlemen.. You have a race ! » (« Messieurs, vous êtes en course ! »)

bob-hoover

La carrière de pilote de présentation de  Bob Hoover  aux Etats Unis a pris fin dans les années 90 pour des raisons médicales. Il réussit cependant à faire prolonger la validité de sa licence en Australie, où il continua ponctuellement à se produire en meeting dans ce pays.

Bob Hoover décrit par Jimmy Doolittle comme « le plus grand manœuvrier de tous les temps » (littéralement « The greatest stick and rudder man who ever lived ! ») est considéré comme l’un des pères fondateurs du spectacle aérien moderne. Lors du Centenaire de l’aviation dans l’illustre Air & Space Smithsonian de Washington, il a été nommé le troisième plus grand aviateur de l’Histoire et reçut de cette noble institution le National Air and Space Museum Trophy quelques temps plus tard. Bob Hoover est titulaire de nombreuses décorations américaines et de la Croix de Guerre Française.

Son célèbre bimoteur  Shrike Commander est désormais exposé dans l’Air and Space Museum, Udvar-Hazy Center, à Dulles, en Virginie.

let-bob-hoover-fly

Bob Hoover vient tout juste ce matin de nous gratifier de sa dernière prestation et sans doute ce ne fut pas la meilleure : celle de décoller pour son dernier vol… Il laisse derrière lui des centaines de pilotes de présentation orphelins, tous admiratifs de son talent. C’est tout le monde des meetings qui le pleure aujourd’hui. Ph. C